Soigner le corps pour contrôler l’esprit : la médecine en Syrie de la mission au mandat (1867 - 1924)

Créateur

Contributeur

Chantre, Luc

Éditeur

Mémoire de master recherche 2e année : Histoire. Histoire, civilisations, patrimoine. Relations internationales, mondialisations et interculturalités : Rennes 2

Date de création

2022

Format

1 vol. (166 p.)

Résumé

Les institutions de l’enseignement médical jouent un rôle important dans la construction de l’identité nationale, puis nationaliste, de la Syrie. Ce mémoire aborde l’histoire des facultés de médecine syriennes en suivant trois axes principaux. D’abord, en tant que lieux permettant aux syriens, et notamment aux intellectuels de la Nahda, de discuter la souveraineté ottomane en mettant en évidence des besoins médicaux ignorés par l’Empire. La presse syrienne de la Nahda prend à sa charge la sensibilisation médicale de la Syrie et la promotion de la médecine moderne. Deuxièmement, il est question d’observer l’importance de la médecine et des facultés dans la réalisation de l’œuvre des missionnaires chrétiens en Syrie. La concurrence entre les deux missions, protestante américaine et catholique française, vient s’ajouter à la rivalité coloniale entre la France et la Grande-Bretagne d’une part, et entre ces deux puissances occidentales et l’Empire ottoman d’autre part. Ces enjeux sont à l’origine de la création des facultés de médecine en Syrie : la faculté américaine est créée en 1867 et la faculté française en 1883. Enfin, afin de faire face à la menace que représentent les facultés pour la souveraineté ottomane, l’Empire décide en 1903 de créer un troisième établissement : l’école ottomane de médecine de Damas. Ces institutions deviennent ainsi des théâtres des changements et tensions socio-politiques qui interviennent en Syrie durant la Première Guerre Mondiale et jusqu’à l’insaturation du Mandat français en 1920. Il s’agit ici de retracer le passage du panislamisme au panarabisme, et d’une politique française de charité intéressée à une politique de gouvernance directe.

A d'autres versions

texte intégral en cours de validation sur DUMAS