La découverte des montagnes du Dauphiné au tournant des Lumières (1760-1820)

Créateur

Contributeur

Bertrand, Gilles

Éditeur

Master : Histoire : Grenoble 2

Date de création

2011

Format

1 vol. (151 p.)

Résumé

Depuis l'Antiquité, les montagnes européennes sont évitées et redoutées par les voyageurs contraints de les traverser. À ce titre, les Alpes sont un espace inexploré et peu connu, où subsistent encore de nombreuses légendes relevant l'inhospitalité de ce lieu antagoniste à la plaine. Mais à partir du milieu du XVIIIe siècle, des savants ou écrivains vont avoir une nouvelle approche de la montagne. Pour les naturalistes, les espaces montagneux sont un "cabinet de curiosité à ciel ouvert", où tout est encore à découvrir, que ce soit pour répertorier les productions de la nature ou pour élaborer des théories de la terre. Parallèlement au mouvement savant, des auteurs - dont figure au premier plan Jean-Jacques Rousseau - et des naturalistes, vont proposer une nouvelle approche positive de la montagne, axée sur le pittoresque et le sublime des paysages alpins. Cette nouvelle vision positive de la montagne va trouver un écho chez un large public cultivé dans le contexte du tournant des Lumières. C'est durant cette période que les Alpes vont devenir recherchées par le voyageur cultivé, et en particulier par le voyageur du Grand Tour, qui va faire des Alpes une étape décisive de son voyage. Notre étude s'intéressera à la construction de cette nouvelle perception ainsi qu'à la construction de savoirs scientifiques et à l'exploration des montagnes. Mais la découverte des Alpes n'a pas été uniforme selon les régions, et cette étude présentera les différences et les particularités de la découverte des montagnes du Dauphiné, par l'étude de récit de voyage à travers le Dauphiné, et en les contextualisant dans la dynamique générale. [extr. d DUMAS)

A d'autres versions